M.C. Beaton – Agatha Raisin: Pas de pot pour la jardinière

Titre original : The Potted Gardener

Mon appréciation : 5,5/10

« Pas de pot pour la jardinière » est le troisième volume de la série des Agatha Raisin, notre acariâtre quinquagénaire de Carseley.

L’intrigue :

Au retour de ses vacances, dont elle ramène des souvenirs bien solitaires, Agatha Raisin retrouve son petit village de Carseley – et son voisin, James Lacey. Elle espère secrètement être accueillie bras ouverts par celui qu’elle poursuit sans succès depuis son arrivée dans les Cotswolds mais déchante aussitôt.

Une nouvelle arrivée est devenue la coqueluche du village, la parfaite Mary Fortune : belle, toujours impeccablement vêtue, aux talents multiples, que ce soit dans la cuisine ou dans son le jardin. Mary est appréciée de tous. Elle représente tout ce qu’Agatha aimerait être – et elle a réussi à séduire James Lacey… Tout naturellement Agatha nourrit un sentiment de jalousie à l’encontre de Mary. Et qui connaît Agatha sait que l’objet de sa rancune n’a pas la vie facile.

Lorsque Mary est découverte morte, plantée dans un pot de son jardin d’hiver, Agatha s’aperçoit bien vite qu’une vérité très différente se cachait derrière la façade proprette.

Lire la suite

MC Beaton

M.C. Beaton – Agatha Raisin 2 : Remède de Cheval

Titre original : Agatha Raison and the vicious vet

Mon appréciation : 5,5/10

Une lecture distrayante sans profondeur autour d’une héroïne atypique.

L’intrigue :

Agatha Raisin, notre quinquagénaire légèrement trop égocentrique, s’efforce toujours de s’intégrer dans le petit village de Carsely.

Quand le nouveau vétérinaire, un homme séduisant, s’intéresse à elle et va jusqu’à l’inviter, elle, à dîner, Agatha se transforme presque en jeune adolescente… Son flirt sera de courte durée, puisque le vétérinaire est retrouvé mort et rapidement il devient indéniable qu’il a été victime d’un meurtre.

Agatha Raisin mène ses petites investigations, à sa façon un peu différente.

Comme dans le premier volume, elle se retrouvera dans des situations fort peu confortables qui amuseront le lecteur.

Mon appréciation ? Une lecture distrayante sans profondeur

C’est un roman plutôt humoristique et léger.

Les fans de polars resteront probablement insatisfaits puisque, si l’affaire est étonnamment bien pensée, la réalisation demeure très simpliste et, malgré tout, classique et donc prévisible.

Le charme de ce roman vient de son héroïne, qui n’est pas une femme agréable mais plutôt antipathique. Son but est constamment de se mettre en valeur. Trouver le meurtrier n’est pour elle non pas un but mais un moyen.  Lire la suite

eden Lit

Natacha Calestrémé – Les racines du sang

Titre original : Les racines du sang

Mon appréciation : 6,5/10

« Les racines du sang » est la troisième enquête de Yoann Clivel que nous propose l’auteure – mais vous pouvez sans aucun souci, comme moi, débuter par ce troisième opus puisque le héros est présenté d’une façon adroite qui nous permet de découvrir ce personnage qui porte le roman.

L’intrigue elle-même est plutôt bien lancée et il s’agit d’un polar (et non d’un thriller, et certainement pas psychologique) prenant dès la première page dont on ne garde pourtant pas un souvenir impérissable après la dernière.

 

L’intrigue :

Yoann Clivel est appelé sur la scène d’un meurtre horrible : un homme est retrouvé mort, dans un parking. La cause de la mort est un coup direct porté par un objet coupant à la carotide, il s’est vidé de son sang en moins de deux minutes. Dans la plaie du cou, les enquêteurs découvrent une fleur.

Clivel fait le lien avec d’autres meurtres similaires mais ne parvient pas à découvrir un lien entre les victimes.  Lire la suite

Jussi Adler-Olsen – Selfies

Titre original : Selfies

Mon appréciation : 6,5/10

« Selfies » est la septième enquête du département V.

Ce roman sort un peu des rails, puisque d’un côté la construction même est un peu différente de ses prédécesseurs – bien plus classique que d’habitude – et de l’autre coté nous sommes confrontés à des soucis inhérents aux membres de l’équipe de Carl Mørck, puisque Rose est dans une crise de sa maladie, ce qui ébranle tout le département V et influence l’enquête – de façon étonnante d’ailleurs…

 

L’intrigue :

Des meurtres d’un nouveau genre secouent Copenhague : un chauffard meurtrier renverse des jeunes femmes qui ont un lien évident, puisqu’elles vivent toutes des aides sociales, sont adeptes de selfies, de la télé-réalités et autres choses superficielles du genre. Ce sont ces jeunes femmes sortant à peine de l’adolescence, qui rêvent d’argent facile, admirent Nabilla et ne ratent pas un épisode de Secret Story tout en vivant aux dépens de la société sans faire le moindre effort pour sortir de la précarité.

Ces jeunes femmes méritaient-elles de mourir ? L’assassin en est convaincu, il libère la société d’un fardeau.

Le département V se trouve par hasard à enquêter sur cette affaire pourtant récente et doit dès lors agir avec prudence pour que l’étage du dessus n’apprenne rien de ses agissements… La présence d’une équipe de télévision n’aide pas à rester discret…  Lire la suite

Nele Neuhaus – Im Wald

Titre original : Im Wald (pas encore disponible en VF)

Mon appréciation : 7/10

Nele Neuhaus confirme avec « Im Wald » – déjà la huitième enquête du Duo Pia Kirchhoff – désormais Sander – et Oliver von Bodenstein et dont le titre se traduirait par « Dans les Bois » – qu’elle est une écrivaine constante. Ce livre nous offre un nouveau plaisir de lecture, même s’il n’arrive pas à nous décoller du canapé. Il se lit avec plaisir et le suspense est au rendez-vous.

Une petite particularité nous attend toutefois puisque Oliver von Bodenstein sera touché de près par cette enquête ce qui mettra son impartialité comme son calme à rude épreuve. Revivre de mauvais souvenirs d’enfance peut ébranler même le plus stoïque des policiers.

 

Résumé de l’intrigue :

Dans un petit camping vide de touristes qui ne rentreront que l’été une explosion se fait entendre et le feu dévore en quelques minutes un camping-car.

Dans les décombres on découvre un cadavre. Un homme. Ce n’était pas un accident puisque l’explosion a été provoquée et la victime enfermée sciemment.

Pendant que les policiers commencent leur enquête, un nouveau meurtre surprend tout le monde : une vieille femme, mourante qui plus est, vient d’être étranglée dans son centre médicalisé. Le meurtrier devait parfaitement bien connaître ses habitudes – mais surtout être très pressé de voir la vieille dame mourir. Que savait-elle donc qu’elle aurait pu divulguer ? Et pourquoi justement maintenant ? Quel est ce secret que le village tout entier semble vouloir ignorer ?  Lire la suite

Luca D’Andrea – L’essence du mal

Titre original : La sostanza del male

Mon appréciation : 8,5/10

Un EXCELLENT premier roman. Une véritable découverte et déjà un style bien personnel.

« L’essence du mal » est un livre qui se situe entre le policier et le livre suspense avec une touche bien sensible de drame personnel, le tout dans le froid d’un petit village du tyrol.

Mais cela ne vous dit pas grand chose, alors….

 

RESUME de l’intrigue :

A première vue, ce livre peut sembler moyennement passionnant : un reporteur, Jeremiah Salinger que tout le monde n’appelle que par son nom de famille, sa femme et sa fille se rendent dans le village d’enfance de son épouse. Ici tout semble si idyllique – les montagnes, un paysage à couper le souffle, les habitants si folkloriques et leur rudesse, tout attire Salinger qui a le coup de foudre pour ce petit coin de paradis. Bien évidemment, un tel village a son histoire, ses drames, comme ce terrible massacre d’il y a trente ans dont personne ne parle et ne veut parler … mais aujourd’hui, il n’y a que ces hommes et femmes durs qui vivent une vie simple mais remplie d’aventures quotidiens.

Salinger et son partenaire décident de faire une série de reportages sur ces héros du quotidien mais un drame effroyable fera chavirer la vie du reporteur. S’il s’en tire physiquement indemne, psychologiquement il n’est plus le même.

Pour oublier et avancer, il s’intéresse à ce massacre vieux de trente ans dont il a entendu parler, mais il est loin d’imaginer ce qu’il va réveiller. La bête qui sommeille dans les montagnes enneigées n’est peut-être pas morte et peut encore faire des victimes.

Lire la suite

M.C. Beaton – Agatha Raisin et la Quiche Fatale

 

Titre original : Agatha Raisin and the Quiche of Death

Mon appréciation : 6/10

C’est un de ces livres : au niveau littéraire ou imaginaire, on n’est que peu impressionné, mais il y a ce « petit quelque chose » qui fait qu’on a tout de même aimé et qu’on a envie de lire la suite.

Il s’agit là d’un ressenti purement subjectif ! Je n’aurais donné qu’un 5 ou 5,5/10 sans cela, mais ce demi-point est pour le plaisir de lecture qui m’a littéralement surpris.

Car si cette première enquête d’Agatha Raisin est très amusante, elle n’est ni prenante, ni inquiétante ni même mystérieuse, rien de tout cela. Les environs sont également du « déjà lu », l’héroïne un personnage plutôt antipathique, et les références à Agatha Christie volontairement évidentes.

Pourtant, malgré tout cela, j’ai immédiatement débuté la lecture du tome 2…

 

L’intrigue :

Agatha Raisin est une quinquagénaire qui vient de vendre son agence de communication pour réaliser son rêve : vivre dans un petit cottage dans les Cotswolds !

Après une vie trépidante à Londres, avec des défis professionnels au quotidien, une autorité naturelle Agatha se retrouve devant un nouveau défi : s’adapter à la vie campagnarde où elle n’est qu’une « nouvelle »…. S’intégrer, voilà ce qu’elle veut faire, devenir « quelqu’un » dans ce petit village de Carsely…   Lire la suite

Michael Connelly – The Crossing

 

Titre original : The Crossing (pas encore disponible en français*)

Mon appréciation : 7/10

« The Crossing » fait partie de la série des « Harry Bosch », un des caractères récurrents de l’auteur, mais il met également en scène Mickey Haller, qui est mo personnage préféré de Michael Connelly.

Ce roman est très agréable à lire, il est peut-être un peu moins dense que les autres tomes de la série, un peu moins sombre même, mais la fluidité permet de prendre un réel plaisir en suivant le désormais retraité Harry Bosch qui, pour la première fois, franchit la barrière infranchissable, la limite vers le côté obscur : il travaille pour un avocat de la défense, son demi-frère Mickey Haller.

 

L’intrigue :

Harry Bosch tente de s’accommoder du mieux qu’il peut de sa retraite forcée, mais il n’est plus lui-même. Peut-être est-ce pour cela qu’il se laisse finalement tenter par son demi-frère qui lui demande de jeter un coup d’œil sur le dossier d’un de ses clients qu’il pense sincèrement innocent.

Ce client est un homme qui a un casier, mais qui s’est tenu tranquille pendant plus de dix ans, qui a une famille, des enfants.

Seulement, son ADN a été retrouvé sur et même dans le corps de la victime d’un meurtre atroce, une femme battue violemment à mort.   Lire la suite

Michael Connelly – Ceux qui tombent

Titre original : The Drop

Mon appréciation : 6,5/10

Ce roman de Michael Connelly fait partie de la série des « Harry Bosch ».

L’intrigue :

Harry Bosch travaille désormais au sein de l’unité des affaires non résolues qui reprend des affaires anciennes afin de reprendre les investigations avec les moyens modernes, telles les techniques de médecine légale, l’ADN etc.

Dans « Ceux qui tombent », c’est justement l’une de ces affaires anciennes qui est confiée à Harry Bosch et son partenaire Chu suite à une percée déterminante survenue après l’analyse d’une goutte de sang. Il s’agit d’ une sinistre histoire de viol et de meurtre qui remonte à 1989 et dans laquelle une vieille trace de sang laissée sur le cou de la victime permet aujourd’hui d’identifier un suspect dont le profil colle parfaitement … si ce n’est qu’en 1989 il n’avait que huit ans !

Une affaire délicate qui pourra impliquer une confusion de dossiers et mettre en cause d’autres affaires.

Alors qu’Harry se penche sur ce dossier, une deuxième enquête est posée sur son bureau : on lui demande d’enquêter en priorité sur une affaire actuelle, celle d’un homme qui aurait sauté par la fenêtre de sa chambre d’hôtel. S’agissant du fils d’un politicien, là encore l’affaire est délicate, d’autant plus que Bosch a des raisons de douter de l’hypothèse du suicide.

Lire la suite

Valérie Saubade – Le pacte des innocentes

Titre original : Le pacte des innocentes

Mon appréciation : 7,5/10

Voici un polar prenant qui se déroule pourtant dans un calme apparent, dans le monde détendu aux loisirs paisibles des retraités plutôt aisés qui vivent dans une petite résidence médicalisé de standing dans une bourgade de l’Oxfordshire.

 

L’intrigue :

A Blewbury la vie est simple, les lieux peuvent se décrire comme paisibles et champêtres. Une belle résidence médicalisée a été installée dans ce paysage agréable, permettant aux retraités aisés de vivre leur vieillesse en toute sérénité.

Pourtant, la mort violente ainsi que la haine font leur apparition dans ce petit coin de paradis : des lettres anonymes aux allusions bibliques sont envoyées au maire de la ville.

Une vieille dame, Mrs Dawson, est retrouvée assassinée, une pelote de laine enfoncée dans la gorge…   Lire la suite