Karine Giebel – De force

Titre original : De force

Mon appréciation : 6/10

Un « Giebel » qui m’a déçu, avec son écriture qui a perdu en rondeur, en féminité, avec son intrigue bien trop prévisible et ses caractères qui n’attirent pas la sympathie.

Commençons par l’intrigue :

Luc, un jeune gardien de nuit, fait son jogging lorsqu’il est attiré par des cris et parvient à sauver une jeune femme, sur le point d’être violée. Il met l’attaqueur en fuite et amène Maud à l’hôpital où il croise son père, l’éminent professeur Armand Reynier. Celui-ci l’invite à la maison pour le remercie de son aide.

Lorsque le chirurgien reçoit des menaces visant sa fille, il décide de faire appel à Luc, qui lui a avoué être garde du corps de profession, que son emploi actuel n’est que provisoire.

C’est ainsi que le jeune homme entre dans le monde des Reyniers, ou le grand professeur règne sur sa petite cour, composée de sa fille qu’il couve, sa sublime femme Charlotte, qu’il a épousée alors que Maud n’avait que douze ans, Amanda, la gouvernante ainsi que le jardinier.   Lire la suite

Virginia C. Andrews – Ma douce Audrina

 

Titre original : My Sweet Audrina

Mon appréciation : 9,5/10

« Ma douce Audrina » est un « thriller psychologique » absolument prodigieux, il combine son suspense avec cette angoisse subtile qui nous fait frissonner.

Pourtant, il n’y a aucune violence, aucune mort. Il ne s’agit de rien d’autre que de la vie d’une petite fille :

 

L’intrigue :

Virginia C.Andrews plonge le lecteur, dès la première page, dans le monde étrange d’Audrina, âgée de sept ans. Audrina vit avec ses parents, sa tante et sa sœur aînée, Vera, dans une grande maison. Elle est « à part ». La petite fille a une mémoire défaillante, elle n’a aucune notion du temps, une semaine peut lui paraître comme une heure ou comme un mois, et elle n’est donc pas en mesure de fréquenter l’école.

Elle vit surtout dans l’ombre de sa sœur aînée, décédée dans des circonstances tragiques avant sa naissance, la première Audrina, la vraie, la « parfaite Audrina ». Celle à qui elle doit ressembler, celle dont ses parents portent le deuil, celle qu’elle remplace.

Lire la suite

Pierre Lemaitre – Alex

Titre original : Alex

Mon appréciation : 8/10

Je n’aime pas l’écriture de l’auteur, les phrases courtes, presque hachées, je n’aime pas ses personnages, superficiels, souvent caricaturaux, et pourtant … quel excellent roman !!!

Le suspense, alors là, l’auteur maîtrise !

Car « Alex » est un roman de suspense plus que réussi.

L’intrigue se construit en trois parties et à la fin de chaque partie on se dit ‘ça y est, qu’est-ce que l’auteur va pouvoir inventer maintenant pour maintenir la tension ? ‘ – et à chaque fois, il réussit.

 

L’intrigue

Comme vous l’aurez deviné en lisant le titre, l’histoire est celle d’Alex.

Alex est une jeune femme, la trentaine, qui est enlevée, humiliée, séquestrée et torturée.

Ainsi retenue,  elle affronte sa mort certaine, son ravisseur l’a exprimé avec une clarté déconcertante.   Lire la suite

Linwood Barclay – Les voisins d’à côté

Titre original : Too close to home

Mon appréciation : 7/10

Voici donc l’un des romans de l’auteur ayant connu le plus de succès : Les voisins d’à coté.

 

L’intrigue est effectivement palpitante :

La famille Langley est sauvagement abattue à son domicile, la mère, le père et leur fils de dix-sept ans. Personne n’a rien entendu, la maison étant un peu trop éloignée de celle des voisins avec laquelle elle partage la voie d’accès.

Un seul témoin existe néanmoins : Derek Cutter, le fils des voisins, qui s’était caché au sous-sol et qui a donc tout entendu, mais qui est tellement effrayé qu’il n’en parle à personne.

Ce sont d’ailleurs les voisins que nous suivons : Jim Cutter (le roman est écrit à la première personne, de son point de vue), son épouse Ellen et son fils Derek, l’involontaire témoin.

Jim Cutter a monté une affaire de jardinage, son épouse travaille dans l’évènementiel littéraire et leur fils Derek aide son père pendant les vacances et jours libres.

Rapidement, Jim Cutter en vient à s’interroger : et si ce terrible massacre était une erreur – et si l’assassin ne visait pas les Langleys – mais les Cutter ? Il ne serait pas le premier à se tromper de maison ! D’autant plus qu’un seul objet a disparu de la maison des Langleys, un vieil ordinateur qu’on avait remis à son fils, Derek. Qu’est-ce que son fils et Adam Langley avaient découvert sur le disque dur ? Est-ce le mobile ?   Lire la suite

Bernard Minier – Glacé

Titre original: Glacé

Mon appréciation: 8/10

Un premier roman qui propulse son auteur directement dans la liste des auteurs de « suspense » à retenir !

Oui, certaines maladresses, certainement dues à l’inexpérience, traversent le roman, mais il faut dire que l’ambiance est tout simplement GLACIALE ! J’ai A-DO-RE les premiers 4/5èmes de ce livre !

Ce n’est pas seulement l’intrigue qui est prenante, mais c’est également la base même du roman qui est solide, on sent que l’auteur s’est intéressé aux procédures policières, et même aux problèmes psychiatriques.

Mais je suis lancée un peu trop tôt, là !

Parlons d’abord de

 

L’intrigue :

Dans la petite ville de Saint-Martin, située dans une vallée des Pyrénées, le commandant Servaz est appelé sur les lieux d’un crime étonnant : en ce mois de décembre, tout en haut du téléphérique amenant à une centrale hydroélectrique, un cheval est retrouvé suspendu à un pilon, mort, dépecé et sans tête.

Le commandant Servaz s’insurge d’abord d’être appelé pour un « crime » qui n’en est pas un, mais très rapidement il est interpellé par la singularité de ce macabre étalage.

Le cheval victime était un pur-sang, il était surveillé et chouchouté, et l’équipe du commandant Servaz ne parvient pas à comprendre comment les coupables ont pu tuer ce cheval, le sortir de son haras, le monter dans le périphérique pour le suspendre dans l’air glacial du mois de décembre en haut d’un pilon, le tout sans que personne ne s’aperçoive de rien !   Lire la suite

Passagier 23

Sebastian Fitzek – Passagier 23

 

Titre original : Passagier 23 (ce livre n’a pas encore été traduit en français)

Mon appréciation : 6/10

D’accord, « Passagier 23 » (ce qui signifie « Passager 23 » – qui sera probablement le futur titre français) est fort sympathique, avec ses instants de surprise et ses moments angoissants… Or, avec trop d’effets de manche il en oublie l’essentiel : une intrigue structurée.

Il n’en reste pas moins clairement au dessus de la moyenne.

 

Mais venons-en d’abord à l’intrigue :

Martin Schwartz, un policier moralement détruit par un drame personnel, reçoit un appel étonnant : une dame âgée et assez excentrique, locataire permanente sur la « Sultan of the Seas », un bateau de croisière, l’invite à la rejoindre, elle prétend avoir des informations sur ce qui est arrivé à sa famille…

Martin hésite, car c’est exactement ici, précisément sur ce bateau que sa vie a éclaté en morceaux, c’est ici que son épouse et son fils ont disparus cinq ans auparavant. D’après l’enquête ce serait son épouse qui aurait d’abord tué son fils puis se serait suicidée en sautant par-dessus la balustrade. Martin n’a jamais été convaincu par cette version des faits.

Une fois sur le bateau il est confronté à une situation bien trop similaire à ce qu’il a vécu lui-même pour que ce soit une coïncidence : une fillette, tuée deux mois auparavant par sa mère qui l’avait alors suivi dans la mort, vient de réapparaître ! Deux mois après sa disparition et la date administrative de son décès, la petite Anouk, onze ans, est découverte errant de nuit sur les ponts !   Lire la suite

Karine Giebel – Juste une ombre

Titre original : Juste une ombre

Mon appréciation : 8/10

Karine Giebel confirme (encore une fois) son talent avec ce thriller très bien construit.

 

L’intrigue est déjà prometteuse :

Cloé est une femme forte, indépendante, une femme d’aujourd’hui. Rien ne l’effraie, ni au travail, ni dans sa vie privée. Elle affronte les problèmes sans crainte.

Juste au jour où elle aperçoit une ombre, celle d’un homme vêtu de noir, la tête couverte d’une capuche. Et cette ombre semble la suivre …

D’abord Cloé doute, c’est son imagination, mais l’intrusion de l’ombre dans sa vie devient de plus en plus pressante, menaçante. L’ombre se glisse dans sa maison, pendant son absence d’abord, pour déplacer des objets, et va jusqu’à remplir le frigidaire, puis pendant sa présence aussi, alors qu’elle dort !

Cloé, femme moderne, s’adresse à la police, qui ne la croit pas. Quel individu irait s’introduire chez une femme pour lui remplir le frigidaire ?

Et pourtant, Cloé le sait, cette ombre n’est pas imaginaire. Et elle est malveillante, malfaisante, elle projette de la tuer. Mais pourquoi ?   Lire la suite

Harlan Coben – Remède mortel

Titre original : Miracle Cure

Mon appréciation : 6,5/10

« Miracle Cure », paru une première fois il y a déjà plus de vingt ans, vient d’être réédité.

Il s’agit d’un très bon roman suspense qui se déroule dans le milieu de la recherche médicale, écrit d’une plume vivante – même s’il présente quelques petites imperfections.

Ce qui est particulièrement surprenant lorsqu’on lit ce roman aujourd’hui c’est le regard qu’avait à l’époque la société sur le SIDA – un regard presque oublié, même si une partie de l’image négative persiste. Harlan Coben en faisait dans ce roman une analyse fort juste.

Si, comme moi, vous êtes de la première « génération SIDA », celle qui n’a connu que l’amour protégé après la découverte du virus VIH, les souvenirs affluent, les préjugés qui, heureusement, font partie de l’Histoire (du moins en grande partie) mais étaient si réelles à l’époque, les incertitudes, la peur d’un simple contact, d’une simple proximité …. Et l’espoir d’une guérison, d’un remède …    Lire la suite

Sebastian Fitzek – Noah

Titre orginal : Noah

Mon appréciation : 4/10

J’étais amèrement déçue par ce roman.

Comme vous le savez certainement, j’apprécie énormément une partie des livres de cet auteur – tout en n’aimant pas du tout une autre. C’est un écrivain qui est capable du meilleur comme du pire.

Noah (livre qui ‘a pas encore été traduit en Français) en est un merveilleux exemple : de belles intentions, des idées, une intrigue qui pouvait passionner – puis ne décolle pas, du moins pas comme l’auteur l’aurait souhaité.

Globalement vous pouvez vous imaginer ce roman comme un film d’action autour d’une pandémie artificiellement créée sous forme de livre.

Alors commençons par …

L’intrigue

Un homme, fin de la trentaine, erre dans les rues de Berlin. Il ne sait pas qui il est, d’où il vient. Il a perdu la mémoire. Tout ce qu’il sait, c’est que quelqu’un a tenté de le tuer puisqu’il porte une blessure par balles à l’épaule. Dans sa paume, un seul mot a été tatoué de façon malhabile : Noah. Est-ce son prénom ? Quoi qu’il en soit tout le monde l’appelle désormais ainsi.    Lire la suite

Sebastian Fitzek – Thérapie

Titre original : Die Therapie

Mon appréciation : 8/10

Voici un excellent livre de suspense qui démontre qu’il n’est pas nécessaire d’écrire des pavés de plusieurs centaines de pages pour nous tenir en haleine.

« Thérapie » est un livre de tout juste trois cents pages, mais trois cents pages de doutes, d’interrogations, d’étonnement.

 

L’intrigue:

Le récit nous fait suivre Viktor Larenz, un célèbre psychiatre berlinois, qui n’exerce plus depuis le terrible drame qui a touché sa famille quatre ans auparavant.

Sa petite fille Josy, âgée de douze ans, souffrait d’une étrange maladie qu’aucun médecin ne parvenait à diagnostiquer. Lors d’une consultation chez un énième spécialiste, la petite fille a disparu de la salle d’attente alors que son père s’était éloigné quelques instants. On ne l’a plus jamais revue.

Quatre ans plus tard, Viktor Larenz a abandonné son cabinet et tente de se remettre d’une terrible dépression. Une jeune femme frappe alors à sa porte, Anna Spiegel, une femme qui écrit des livres pour enfants. Elle fait appel à Viktor puisqu’elle souffre d’une rare forme de schizophrénie : les personnages de ses livres prennent vie devant ses yeux, devenant réels. Et l’un de ces personnages est une petite fille qui souffre d’une maladie étrange et qui disparaît, sans laisser de trace …   Lire la suite