Agnès Martin-Lugand – Entre mes mains le bonheur se faufile

Titre original : Entre mes mains le bonheur se faufile

Mon appréciation : 6,5/10

Ce merveilleux petit livre compense par sa douceur et son histoire simple mais efficace la facilité extrême du vocabulaire.

L’auteure nous prouve qu’on peut écrire un bon roman sans avoir nécessairement un « talent des mots » – comme certains chanteurs, tout aussi rares, ont parviennent à faire oublier leur manque de voix par leur talent d’interprétation.

 

Une histoire douce :

Iris, la trentaine, vit dans une petite ville de province. Elle est mariée à un médecin qui se tue au travail et rêve de fonder une famille pendant qu’Iris s’éteint chaque jour un peu plus dans cette vie qui ne lui ressemble pas et son boulot dans une banque.

Lorsque, lors d’un déjeuner de famille, elle apprend que ses parents l’ont volontairement privée de toute possibilité de réaliser son rêve – devenir couturière – elle explose.

Rapidement elle se rend à Paris pour suivre une formation privée pour toucher au moins du bout du doigt une petite partie de ce rêve.

Son talent éclate alors au grand jour et rapidement Iris virevolte entre les cocktails, vernissages et sa machine à coudre, toujours sous le regard protecteur de Marthe, la directrice de l’Atelier. Ce qui ne plaît pas nécessairement à son époux qui attend le retour de sa petite femme…

 

Mon appréciation :

C’est une histoire douce mais prenante. Comme je l’indiquais en tout début de ma chronique, « Entre mes mains le bonheur se faufile » est écrit en toute simplicité, les mots ne sont pas très recherchés, ce n’est donc certainement pas le vocabulaire et la combinaison des termes choisis avec grand soin qui font de ce petit roman un plaisir de lecture.  Lire la suite

Ilona Andrews – Steel’s Edge

Titre original : Steel’s Edge (pas encore disponible en VF)

Mon appréciation : 7/10

Ce quatrième – et dernier – tome de la série constitue une belle conclusion dans laquelle on retrouve le rythme des premiers volumes.

L’intrigue :

L’habilité magique Charlotte de Ney est rare et précieuse, recherchée et crainte par tous : elle a le pouvoir de la guérison.

Les guérisseuses maintiennent entre leurs mains le pouvoir unique de soigner – mais ce pouvoir vient avec son contraire, celui de tuer en retournant le corps de son adversaire contre lui-même ! Si une guérisseuse abuse de son pouvoir et use de la partie destructrice, elle en deviendra dépendante et sa puissance la dominera définitivement, en faisant un être monstrueux.

Charlotte est loin de tout cela. Mariée à un noble du « Weird » (le monde magique), elle espère fonder une famille. Jusqu’à ce que le couperet tombe : elle est stérile. Effondrée, elle s’en ouvre à son mari et … son mariage se brise. Charlotte s’enfuit dans l’Edge (le monde intermédiaire, qui se situe entre le monde magique et le monde sans magie) sans rien apporter.  Lire la suite

Tanja Kinkel – Grimms Morde

Titre original : Grimms Morde (pas encore disponible en VF)

Mon appréciation : 8,5/10

 

Un roman à lire, ne serait-ce que pour le plaisir de la lecture !

 

Il était une fois….. (l’intrigue) :

Nous écrivons l’an 1821, les frères Grimm, ceux-là même qui ont collectionné les contes de notre enfance, survivent comme ils le peuvent dans une Allemagne postnapoléonienne lorsqu’un terrifiant meurtre ébranle la bonne société : l’ancienne maîtresse du prince de Hesse est sauvagement assassiné, le mode opératoire rappelant sans aucun doute possible une image puisée dans un des contes publiés par les frères Grimm.

L’époque est telle que la police ne cherche pas loin et se dirige facilement vers le suspect le plus commode, ce qui met les frères Grimm dans une situation délicate ; et pas seulement eux, mais aussi les sœurs qui leur ont envoyé le conte en question pour leur collection, Annette et Jenny von Droste.

Pour aider les frères Grimm mais aussi pour se libérer de leur sentiment de culpabilité dans cette mort qui ne les concerne pourtant en rien, les deux sœurs se rendent à Cassel.

La police ne semble effectivement ne faire que peu d’efforts pour découvrir qui a assassiné une femme appartenant pourtant à la noblesse et c’est ainsi que les frères Grimm et les Demoiselles von Droste s’unissent malgré eux pour découvrir ce qui se cache derrière ce crime effrayant lorsqu’un deuxième mort est découvert, une pomme dans la mains avec une citation tirée de « Blanche-Neige »…

Pendant leurs recherches, les frères Grimm et les Demoiselles von Droste doivent non seulement affronter une société rigide, régie par un code stricte, mais encore leurs passés respectifs. Tout particulièrement Annette sera amenée à revivre ce qu’elle tentait d’oublier depuis près d’un an.

 

Et ils vécurent heureux…. (espérons-le pour eux) :

L’intrigue est bien ficelée et intelligente. Loin d’une histoire basique et simpliste, nous découvrons ici les sentiments et ressentiments, les mensonges et la haine cachés derrières les façades parfaites de la noblesse, les sourires affichées dans la rue ou sous les paroles de déférence qu’adresse le peuple aux membres de la noblesse.  Lire la suite

Iny Lorentz – Die Widerspenstige

Titre original : Die Widerspenstige (pas encore disponible en VF)

Mon appréciation : 6,5/10

Quand nous tenons un « Iny Lorentz » entre les mains, nous savons exactement ce que nous allons lire.

Systématiquement l’épaisseur du livre nous impressionne un instant avant que nous nous rappelons que l’écriture est si légère que les pages volent entre nos mains et ressemblent à un film qui se regarde avec plaisir en fin de journée. Nous nous apprêtons donc à nous plonger dans un roman historique construit autour d’une jeune femme indépendante dans un temps où les femmes n’avaient aucun droit si ce n’est celui d’être une bonne épouse.

Die Widerspenstige (que l’on pourrait traduire par « L’Insoumise ») ne fait pas exception à la règle.

Les auteurs nous présentent un roman qui nous offre tous ce que nous espérons tout en se distinguant suffisamment des romans précédents pour que nous ne nous ennuyions pas. Comme une série télévisée dont nous regardons la saison huit avec le même plaisir que la première.

 

L’intrigue:

Johanna von Allersheim et son jumeau Karl n’ont que dix-sept ans quand la mort de leur père et un complot ourdi par leur belle-mère et leur demi-frère les contraignent à quitter leur maison, leur ville et même leur pays !

Pour s’assurer l’héritage de toutes les terres de époux décédé, Genoveva von Allersheim modifie avec l’aide de son cousin le testament du défunt, privant ainsi les jumeaux non seulement de leur héritage mais les forçant à la fuite pour éviter un mariage forcé à la jeune Johanna et une vie dans un monastère cloitré à Karl.

Leur seule chance d’échapper à ce destin sombre se situe en Pologne, où ils espèrent retrouver de la famille du côté de leur mère.

Pour faciliter leur fuite Johanna décide de se déguiser en garçon, mais par un malheureux concours de circonstances il lui devient impossible de cesser sa mascarade à temps et elle se retrouve entre soldats et mercenaires, combattant les ottomans parmi les hussards dans les terribles batailles autour de Vienne.  Lire la suite

Karen Marie Moning

Karen Marie Moning – Une passion hors du temps

Titre original : Kiss of the Highlander

Mon appréciation : 7/10

Ce quatrième tome de la série des Highlanders est jusqu’ici le seul qui soit vraiment captivant.

L’intrigue :

Drustan McKeltar est un homme puissant, un guerrier, chef de son clan, un homme qui ne craint rien si ce n’est de voir son clan s’éteindre.

Cette force ne l’empêche pas de vivre un sort similaire à celui de la bien moins virile « Belle au bois dormant » : plongé dans un sommeil profond qui devait être éternel, il est réveillé après cinq cents ans dans un monde qui n’est plus le même et dans lequel il ne reste aucune trace des McKEltar.

C’est une jeune femme, Gwen Cassidy, qui provoque par hasard son sommeil. En visite touristique dans les paysages pittoresques d’Ecosse, elle glisse et tombe dans une caverne sous-terraine pour atterrir sur un corps bien bâti et chaud, celui de Drustan. Les circonstances sont favorables, et ce dernier se réveille… pour constater qu’en un instant il a perdu tout.  Lire la suite

Eden Lit

Sebastian Fitzek – AchtNacht

Titre original : AchtNacht

Mon appréciation : 5,5/10

 

Ce roman de l’excellent Sebastian Fitzek n’a pas encore été traduit en français. C’est également l’un de ses romans qui ne m’a pas particulièrement séduit.

Peut-être est-ce parce que l’auteur s’inspire fortement du film « The Purge » (il ne s’en cache absolument pas, il en parle et l’indique sur la page de garde) ? Peut-être cela ressemble-t-il trop à Running Man, publié par Stephen King sous le pseudonyme de Richard Bachmann ?

Je ne l’ai trouvé ni innovant, ni original, ni même particulièrement prenant. Bien qu’à la base de tout se trouve la spécialité de Fitzek – un fond psychologique – il est difficile de trouver la griffe de l’un de mes auteurs de thrillers préféré dans les pages de ce roman.

 

L’intrigue :

Imaginez ceci : une loterie. Chacun peut participer. Chacun peut nominer anonymement n’importe-qui. Le huit août, un nom sera tiré (d’où le titre AchtNacht – littéralement la « HuitNuit »). Pendant douze heures, tout le monde est en droit de tuer cette personne, de la chasser, de l’agresser, sans aucune conséquence, tout au contraire : celui qui apporte la preuve qu’il l’a tuée touche le pactole.

Imaginez maintenant que vous ignoriez tout de ce nouveau jeu – mais que votre nom est tiré au sort…. La chasse commence sans que vous ne compreniez ce qui se passe, et vous êtes la cible.

C’est exactement ce qui arrive à Benjamin Rühmann !  Lire la suite

J.R. Ward

J.R. Ward – L’Amant des Ombres

Titre original : The Shadows (Tome 13)

Mon appréciation : 7/10

 

L’Intrigue :

Le temps est compté pour Trez – il est le promis de la Reine qui réclame son retour immédiat, un retour qu’il refuse depuis si longtemps. Le destin du consort de la reine est peu enviable et équivaut à une cage dorée, ce que Trez ne pourra supporter. Mais désigné par sa naissance et vendu par ses parents il semble inévitable que la porte de la cage se refermera bientôt sur lui.

Trez ne pourra plus ignorer l’appel de la Reine, car son refus menace tous ceux qui l’entourent … et particulièrement l’Elue qui fait vibrer son cœur…….

Il s’agit ici d’un roman typique de la série qui, cette fois, ne tourne pas autour d’un membre de la Confrérie de la Dague Noire mais autour de Trez et de son frère iAm. Ce dernier tente de protéger, au besoin par sa vie, la liberté de Trez.  Lire la suite

Eden Lit

Guillaume Musso – Central Park

Titre original : Central Park

Mon appréciation : 6,5/10

L’intrigue :

« Central Park » commence de façon très intrigante : l’héroïne, Alice, capitaine de police à Paris, se réveille au lendemain d’une soirée entre filles aux Champs Elysées … à New-York, assise sur un banc dans Central Park. Ce n’est pas tout, elle se retrouve menottée à un étranger, sa chemise est tâchée de sang et un pistolet se retrouve en sa possession.

Que s’est-il passé ? Elle n’en garde aucun souvenir !  Lire la suite

Eden Lit

Kate Mosse – Sépulcre

Titre original : Sepulchre

Mon appréciation : 4/10

 

L’idée de départ était séduisante :

Deux femmes sont liés au-delà d’une centaine d’années : la jeune Léonie Vernier, qui quitte Paris à la fin du XIXème siècle avec son frère Anatole et, bien loin d’elle, l’intrépide Meredith Martin en 2007.

Plus d’un siècle sépare les deux jeunes femmes, mais un lien existe entre elles, un lien de sang, certes, mais également un lien bien plus mystérieux qui prend la forme d’un jeu de tarots qui aurait les pouvoirs de vie ou de mort et dont le dessin même est intrigant….

C’est ainsi qu’en 2007 Meredith suit  de façon presque irrésistible les traces de Léonie et se rendra, un siècle plus tard, sur les lieux où a vécu la jeune fille et son frère….

Ah, je me suis jetée sur ce livre, m’attendant à une aventure passionnante entre deux siècles.

 

Oh, mais quelle désillusion !  Lire la suite

Karen Marie Moning

Karen Marie Moning – La tentation de l’immortel

Titre original : The Highlander’s Touch (Highlander T3)

Mon appréciation : 6,5/10

Ce troisième tome de la série des Highlanders lance, enfin, la série !

Cela tient probablement essentiellement au fait qu’il y a une toute petite touche de fantastique de plus que celle présente dans les précédents volumes, juste assez pour faire basculer la balance du bon côté et en faire un roman qui n’est pas simplement le récit d’une histoire d’amour presque niaise entre une femme moderne et un guerrier écossais portant le kilt. Cette-fois, un tout petit élément, saupoudré savamment sur l’histoire, permet de lui donner du goût (j’ai ma journée culinaire aujourd’hui, je m’efforcerai néanmoins de vous épargner la mention d’un « zeste de citron »)

Lire la suite