Sandra Schadek – Ich bin eine Insel

Titre original : Ich bin eine Insel

Mon appréciation : s’agissant d’un témoignage, je ne donne évidemment pas de note

« Ich bin eine Insel » (littéralement « je suis une île »), qui n’a malheureusement jamais été traduit en Français, est l’histoire autobiographique de Sandra Schadek, 38 ans au moment de la sortie de son livre, qui vivait avec la terrible maladie SLA. Cette maladie lui retirait inexorablement toute force, tout muscle, toute mobilité et surtout toute indépendance.

Je ne connaissais rien de la maladie terrible dont souffrait Sandra Schadek. 

Dans les premières pages j’ai découvert ….. moi! Sandra était une jeune femme pleine de vie, sûre d’elle et de son corps, sportive, drôle, à qui l’avenir souriait.

Et puis les petits soucis de santé qui commencent pour Sandra, le pied qui ne suit plus, le sport qui devient difficile, les gens qui regardent, murmurant dans son dos. Puis le diagnostic de sa terrible maladie.

Sandra nous décrit son cheminement intérieur non pas pour accepter la maladie, elle ne pourra jamais, mais pour vivre avec elle.

Mais surtout, nous vivons avec elle la fin de la liberté, de l’indépendance. Sandra, cette fille si pleine de vie, doit accepter le fauteuil roulant, la dépendance. Elle doit également accepter une nouvelle image d’elle-même. Des choses simples lui deviennent impossible : caresser son chien, chasser une mouche, bouger son bras pour trouver une position plus confortable.

Sandra livre une bataille impressionnante au quotidien, sans jamais abandonner, avec un optimisme qui me laisse muette d’admiration. Le tout en sachant que jamais, jamais cela n’ira mieux, que toute bataille perdue restera perdue.

Tout cela, Sandra Schadek le raconte avec des mots presque joyeux. Le ton du livre reste léger. Sa prison, son île, c’est son corps, mais son intellect et sa joie de vivre sont d’autant plus flamboyants et libres.

Ce livre m’a marqué, car c’est l’histoire vraie d’une femme extraordinaire

Note : Sandra Schadek est décédée le 18 janvier 2015, à l’âge de 43 ans. Elle nous laissera la mémoire d’une femme forte malgré la faiblesse de son corps.

5 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Répondre à Chữa ù tai Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *