Articles

Iny Lorentz – La catin tome 5 (Töchter der Sünde)

Titre original : Töchter de Sünde

Mon appréciation : 8/10

Le titre de ce cinquième tome de la série « la catin »  (malheureusement non traduit en français) signifie littéralement « Filles du péché » – et c’est un volume que j’ai franchement a-do-ré.

Il y a toujours les mêmes ingrédients, la même famille Adler, la même histoire longue, à rebondissements et pourtant légère et très facile à lire, les mêmes intrigues ….. mais il y a deux changements majeurs :

1/ le héros n’est pas une héroïne, mais un homme, à savoir Falko, le fils de Marie (la catin). Il a bien grandi, est devenu un homme fort et beau, mais aussi arrogant et trop sûr de lui. Le roman se déroulera autour de ce personnage et j’admets que c’est fort agréable de découvrir dans cet univers qui nous est désormais familier mais que nous connaissons presque exclusivement de façon féminine un grain de masculinité.

2/ Puis, autre changement très positif, il y a bien moins, voir aucun de ces « hasards extraordinaires » que j’ai toujours décriés dans les précédents volumes, ces hasards qui font que la Catin rencontrait « par hasard » quelqu’un de sa connaissance au fin fond du désert, ou qu’à exactement tel instant précis une action différente se déroulait au lieu propice pour Marie.

Bref, dès le début c’est un excellent roman.

 

Mais avant tout, venons-en au résumé de l’intrigue :

Marie, qui était jadis « la Catin », vit désormais sur Kibitzstein, ses enfants sont devenus des adultes, ses filles sont mariées. Maintenant c’est au tour de son fils Falko de choisir une femme. Mais bien évidemment, nous connaissons la famille Adler, rien n’est jamais simple, et c’est ainsi que lors d’un tournoi Falko se fera un ennemi bien peu agréable …. et le voilà en route pour Rome, où il a été envoyé pour l’éloigner de ce nouveau danger sous prétexte d’une mission d’une grande importance.  Lire la suite

Iny Lorentz – La fille de la catin (tome 4)

Titre original : Die Tochter der Wanderhure (tome 4)

Mon appréciation : 7/10

Ce roman n’est pas encore disponible en français. Ma traduction du titre original « Die Tochter der Wanderhure » est littérale mais assez prévisible pour que je la laisse.

Ce quatrième tome nous amène encore une fois dans la famille de Marie et Michel. Douze ans se sont écoulés et la propriété du chevalier auf Kibitzstein est florissante, son pouvoir s’étend loin et il gère sa propriété avec intelligence.

Michel et Marie ont vieilli, ainsi que leurs amis, mais ils restent toujours aussi courageux et forts.

Trudi, la fille ainée de l’ancienne catin et de son époux, est désormais une jeune fille, adulte et amoureuse : son cœur appartient au jeune Georg von Gessingen et elle ne pense qu’à l’épouser.

Seulement, elle ignore que ce même Georg von Gessingen n’a des yeux que pour sa dot et ne s’intéresse guère à sa propre personne.

Lors d’une promenade, Georg la fait boire un peu trop, lui vole sa virginité mais lui promet de demander, le même jour, sa main à Michel. A cet instant, Georg y croit, puisqu’il n’a séduit la jeune femme que dans l’optique de vaincre les derniers obstacles et de contraindre les parents de Trudi d’accepter leur union – et d’accéder ainsi à la richesse.

Or, les vents politiques changent vite et au retour au château Georg n’aura pas l’occasion d’honorer sa promesse, et par la suite il ne le souhaite plus : une réunion entre les grands personnages des environs a mal tourné, et son oncle l’incite à quitter en sa compagnie les lieux sans tarder en le convaincant que le moment est mal choisi pour se lier à Kibitzstein. Georg pourra trouver une meilleure épouse avec plus d’influence et plus d’avenir plus loin.

Trudi attendra vainement son retour.   Lire la suite

Iny Lorentz – La Châtelaine (La catin, tome 2)

Titre original : Die Kastellanin (Die Wanderhure, Band 2)

Mon appréciation : 7/10

Ce deuxième volume de la saga de « la catin » m’a emportée plus encore que le premier tome et je ne peux que conseiller cette série de romans historiques facile d’accès aux amoureux du genre.

Pourtant, j’accorde exactement la même note qu’au premier tome ! L’explication en est simple – mais il faudra attendre, lire jusqu’au bout mon petit commentaire, histoire d’augmenter le suspense …

Quoi qu’il en soit, c’est une série historique qui a de la magie, dont l’écriture légère nous entraîne dans l’Allemagne du Moyen-Âge et il est difficile de lâcher le livre avant d’avoir tourné la dernière page.

La preuve, je viens de finir ce tome (539 pages) et j’ai déjà hâte de lire le prochain (« le testament de la catin »).

Mais revenons-en à ce deuxième livre :

 

L’histoire :

Nous nous trouvons en Allemagne, en 1420, dix ans après les évènements du premier tome (« la catin » tome 1, voir mon commentaire :           ).

Marie, après avoir été mariée de force à Michel Adler, son ami d’enfance, a appris à aimer son époux du fond de son cœur et leur couple est très uni. Installés à Rheinsobern, la vie semble leur sourire.   Lire la suite

Iny Lorentz – La catin (tome 1)

Titre original : Die Wanderhure (Band 1)

Mon appréciation : 7/10

En l’année 1410, la jeune Marie, fille d’un riche commerçant, se prépare à vivre le plus beau jour de sa vie : demain elle épousera Maître Ruppertus Splendidus, un avocat de renommé qui évolue dans les cercles des nobles et est promis à un brillant avenir.

Seulement, Ruppertus n’avait à aucun moment l’intention d’épouser la jeune et innocente fille ; son but était d’obtenir la riche dot et de s’accaparer les richesses de Maître Matthis, son père.

Dès lors, la veille du mariage, une fois le contrat signé avec le père de Marie devant témoins, il l’accuse d’être une fille dévergondée, de ne pas être vierge, d’avoir couché avec plusieurs hommes contre rétribution et il présente même des témoins qui prétendent avoir pris du plaisir avec la jeune fille.

Marie sera arrêtée et enfermée dans une tour en attendant l’examen par une sage-femme qui devra établir si la jeune femme est toujours vierge. Au cours de la nuit, Marie sera alors violée et l’examen par une matrone ne pourra alors que confirmer les dires de l’avocat malveillant. Le lendemain, au lieu d’épouser Ruppertus, elle est donc condamnée à être flagellée et est bannie de la ville de Constance.

Une catin itinérante, Hiltrude, la trouve à moitié morte au bord du chemin et la prend sous son aile.   Lire la suite