M.C. Beaton – Agatha Raisin et la Quiche Fatale

 

Titre original : Agatha Raisin and the Quiche of Death

Mon appréciation : 6,5/10

C’est un de ces livres : au niveau littéraire ou imaginaire, on n’est que peu impressionné, mais il y a ce « petit quelque chose » qui fait qu’on a tout de même aimé et qu’on a envie de lire la suite.

Il s’agit là d’un ressenti purement subjectif ! Je n’aurais donné qu’un 6/10 sans cela, mais ce demi-point est pour le plaisir de lecture qui m’a littéralement surpris.

Car si cette première enquête d’Agatha Raisin est très amusante, elle n’est ni prenante, ni inquiétante ni même mystérieuse, rien de tout cela. Les environs sont également du « déjà lu », l’héroïne un personnage plutôt antipathique, et les références à Agatha Christie volontairement évidentes.

Pourtant, malgré tout cela, j’ai immédiatement débuté la lecture du tome 2…

 

L’intrigue :

Agatha Raisin est une quinquagénaire qui vient de vendre son agence de communication pour réaliser son rêve : vivre dans un petit cottage dans les Cotswolds !

Après une vie trépidante à Londres, avec des défis professionnels au quotidien, une autorité naturelle Agatha se retrouve devant un nouveau défi : s’adapter à la vie campagnarde où elle n’est qu’une « nouvelle »…. S’intégrer, voilà ce qu’elle veut faire, devenir « quelqu’un » dans ce petit village de Carsely…   Lire la suite

Bernard Minier – N’éteins pas la lumière

Titre original : N’éteins pas la lumière

Mon appréciation : 6/10

« N’éteins pas la lumière » est un roman que j’ai trouvé plutôt décevant, peut-être parce que mes attentes étaient trop élevées après l’oppressant « Glacé »le premier roman de l’auteur), peut-être aussi que la très forte ressemblance de la première moitié du livre avec l’excellent « Juste une ombre » de Karine Giebel dessert l’ensemble (j’y reviendrai brièvement). Le fait est que finalement le tout me semblait un peu fade.

Toutefois, ce thriller reste très bien écrit et pour ceux qui n’ont pas lu Giebel, il sera certainement bien plus impressionnant

L’intrigue

Christine Steinmeyer, animatrice radio à Toulouse, se prépare pour passer son premier Noël avec les parents de son fiancé lorsqu’elle reçoit un courrier émanant d’une femme qui annonce son suicide. Ce message semble avoir atterri dans sa boite-aux-lettres par erreur et elle tente tout de même rapidement de retrouver au moins le véritable destinataire, mais sans succès, et la pression de la rencontre avec ses futurs beaux-parents fait que finalement elle abandonne ses recherches qui semblent de toute façon voués à l’échec.

Le lendemain toutefois, en direct dans son émission radio, elle est accusée par un auditeur d’avoir laissé une femme mourir… Et ce n’est que le début, elle reçoit des menaces, des incidents étonnants se multiplient, comme son chien qui disparaît pour réapparaitre blessé dans le local poubelles, et lentement toute l’existence de Christine s’écroule parce qu’elle ne parvient pas à identifier son harceleur ni à se défendre et évidemment, personne ne la croit.   Lire la suite

Michael Connelly – The Crossing

 

Titre original : The Crossing (pas encore disponible en français*)

Mon appréciation : 7/10

« The Crossing » fait partie de la série des « Harry Bosch », un des caractères récurrents de l’auteur, mais il met également en scène Mickey Haller, qui est mo personnage préféré de Michael Connelly.

Ce roman est très agréable à lire, il est peut-être un peu moins dense que les autres tomes de la série, un peu moins sombre même, mais la fluidité permet de prendre un réel plaisir en suivant le désormais retraité Harry Bosch qui, pour la première fois, franchit la barrière infranchissable, la limite vers le côté obscur : il travaille pour un avocat de la défense, son demi-frère Mickey Haller.

 

L’intrigue :

Harry Bosch tente de s’accommoder du mieux qu’il peut de sa retraite forcée, mais il n’est plus lui-même. Peut-être est-ce pour cela qu’il se laisse finalement tenter par son demi-frère qui lui demande de jeter un coup d’œil sur le dossier d’un de ses clients qu’il pense sincèrement innocent.

Ce client est un homme qui a un casier, mais qui s’est tenu tranquille pendant plus de dix ans, qui a une famille, des enfants.

Seulement, son ADN a été retrouvé sur et même dans le corps de la victime d’un meurtre atroce, une femme battue violemment à mort.   Lire la suite

Karen Chance – Reap the Wind (tome 7)

Titre original : Reap the Wind (Cassandra Palmer, book 7) – pas encore disponible en VF*

Mon appréciation : 4/10

Ce septième tome de la série « Cassandra Palmer) ne m’a pas convaincue. Après le précédent volume, déjà fort décevant, nous n’avançons guère plus dans « Reap the Wind » sauf que le chaos général augmente de façon exponentielle.

 

Je vais tenter de vous résumer l’intrigue :

Vous vous en doutez, ce n’est pas chose aisée. Cassandra doit impérativement sauver Pritkin, et pour contrecarrer le sort qui lui a été jeté elle devra remonter dans le temps pour rattraper son âme qui traverse les âges. Elle doit se hâter pour cela, avant que celle-ci ne traverse la vie de Pritkin pour s’éteindre à jamais.

Le reste de l’histoire se compose de combats hystériques, personnages ahuris, paniqués, surpris, vicieux, méchants (etc.), voyages dans le temps incompréhensibles et désordonnés et un énorme désordre général.

Lire la suite

Arlette Cousture – Elise

Titre original : Elise (Les filles de Caleb, tome 3)

Mon appréciation : 5/10

Ce dernier volume de la trilogie ne m’a pas vraiment convaincue. Il n’était pas mauvais, loin de là, mais j’avais comme l’impression que l’âme qui portait les deux premiers tomes n’y était pas.

On m’avait déjà prévenue qu’ « Elise » n’était pas aussi réussi que les deux premiers, mais je ne pensais pas que la différence serait aussi notable.

 

L’histoire

reste plutôt dans la lignée des tomes précédents, puisque nous suivons Elise, la fille de Blanche.

Mais, dès le début, on s’aperçoit d’une sorte de rupture. Là où « Blanche » (volume 2) emboitait doucement le pas à « Emilie » (volume 1), prenant le relais de façon à ce que l’on retrouve et suive tous les protagonistes que l’on avait rencontré auparavant, avec « Elise », c’est bien plus abrupt.  Lire la suite

Olivier Arnaubec – 2023, Le Mur

Titre original : 2023, Le Mur

Mon appréciation : 6,5/10

« Le Mur » est un premier roman, un roman d’anticipation qui me laisse avec un sentiment un peu mitigé. J’ai apprécié l’idée, j’ai aimé la réalisation qui est assez atypique, mais je pense que l’auteur était trop « courageux » et a écrit un roman trop « polémique », ce qui laisse le lecteur avec une inquiétude palpable. J’y reviendrai.

L’intrigue :

L’intrigue se dédouble et les deux pans de l’histoire ne se rejoignent jamais véritablement.

D’un côté nous suivons Maître Gaëtan Suchet dans la France du Nord, en 2090. Gaëtan est avocat caution au tribunal pénal, un tribunal dans lequel le jugement est rendu par une machine. Son seul rôle est de rassurer le condamné une fois la sentence proclamée par le président du tribunal.

Mais lors d’une audience pénale jusque là habituelle, la machine tombe en panne…

Par un malencontreux concours de circonstances Gaëtan se voit alors mêlé à une affaire qui le dépasse complètement et l’obligera à franchir le mur pour se rendre dans le France du Sud, la France musulmane…   Lire la suite

Sebastian Fitzek – Le Briseur d’âmes

Titre original : Der Seelenbrecher

Mon appréciation : 9/10

Brillant ! Angoissant ! Du grand Fitzek !

J’ai commencé « Le Briseur d’Âmes » un vendredi en fin d’après-midi, me disant que ce serait une lecture sympathique pour le week-end … et bien, je l’ai fini peu après minuit, impossible de le lâcher.

Attention, par moments ce roman est assez dur, mais les images parfois violentes font partie de l’imaginaire malade des personnages … ou pas …..

Ce roman mêle habilement psychologie et esprits en déroute à la présence d’un terrifiant tueur en série en milieu clos et le résultat est si captivant que nous plongeons avec plaisir dans les abîmes de l’esprit humain.

 

Un scénario pétrifiant :

Un professeur initie une expérience en soumettant à quelques étudiants volontaires un dossier médical qu’ils devront étudier : il s’agit du cas de Caspar, un amnésique, qui est interné dans une clinique spécialisée près de Berlin et qui se bat désespérément pour retrouver sa mémoire.   Lire la suite

René Barjavel – La nuit des temps

Titre original : La nuit des temps

Mon appréciation : devenu un classique, je ne note pas mais ce roman m’avait fascinée

Et bien, pourquoi ne pas, pour une fois, commenter un classique de la SF (que l’on peut toutefois également classer dans les romances), un livre que tout le monde a lu – ou devrait avoir lu – un livre que j’ai lu trois fois, à différents stades de ma vie.

Pour moi, c’est une histoire d’amour bouleversante qui traverse les âges, bien plus forte que celle de Roméo et Juliette.

 

L’intrigue :

Lors d’une expédition polaire, des scientifiques français font une découverte surprenante : ils trouvent, au fond de la glace éternelle, un homme et une femme congelés, plongés dans un sommeil artificiel et protégés par une étrange sphère en or.

Ils parviennent à réveiller la femme, Elea, qui est d’une beauté exceptionnelle. La jeune femme leur raconte dès lors son destin tragique, revivant ses douloureux souvenirs, la perte de son amour, l’homme qu’elle a laissé derrière elle, à des millénaires d’ici, Païkan, mais surtout la fin de son monde – la fin de notre monde tel qu’il était alors, la disparition de toute une société structurée et très évoluée.   Lire la suite

Iny Lorentz – Die Fürstin

Titre original : Die Fürstin

Mon apprécication : 6/10

C’est le premier roman qui ne fasse pas partie de la série de « la catin » que je lis de ces auteurs, et je n’ai pas été déçue. On retrouve le même style entraînant et léger, et là encore les 590 pages se lisent à une vitesse qui impressionnerait Usain Bolt.

Si vous connaissez la série de « la catin » et que vous l’appréciez, n’hésitez pas à vous lancer dans la lecture de « die Fürstin » …. Bien que le fait que ce roman n’ait pas encore été traduit en français pourrait constituer un obstacle pour une majorité* (j’invite donc les éditeurs à traduire rapidement ce roman – qui se prête parfaitement à une lecture de l’été et ne pourra que se vendre comme des petits pains – et peut-être même de profiter de cette occasion pour transposer également la totalité de la série de ‘la catin’ en français, puisque seuls les trois premiers tomes sont disponibles dans cette belle langue).

Revenons-en à ‘die Fürstin’, qui se traduirait par « la Princesse » et parlons de….

 

L’intrigue :

Nous retrouvons ici, évidemment, l’univers d’Iny Lorentz puisque nous écrivons l’année 1722 et entrons dans une famille qui a gardé son titre et ses rêves de noblesse, mais qui a perdu sa fortune… et qui a eu la malchance de donner naissance à pas moins de huit filles.

Trouver un mari à chacune d’entre elles, sans dot, juste en profitant de la lignée de la famille, n’est pas simple, et ainsi tout prétendant est accepté. La seule qui peine à trouver un mari et Charlotte, car par sa grande taille élancée elle ne correspond aucunement à l’idéal de beauté de l’époque et a ainsi accepté son destin de rester une vieille fille.  Lire la suite

Sheila O’Flanagan – Things we never say

Titre original : Things we never say (pas encore disponible en français)

Mon appréciation : 7/10

Un très joli roman – mais qui ne correspond pas vraiment à ce qui figure sur le quart de couverture. Il n’en demeure pas moins que j’en ai vraiment apprécié la lecture, aussi grâce au style doux mais ferme de l’auteure irlandaise que j’apprécie de plus en plus.

 

L’intrigue :

La présentation sous-entend qu’il s’agit d’un roman dans lequel les gens qui d’habitude n’expriment pas ce qu’ils pensent vraiment – comment ils voient le passé, qu’il faudra vendre la maison même si on y est très attaché, que la fortune du père serait bien utile dès maintenant… – que tous ces gens ouvrent leur cœur et que les résultats seraient étonnants.

En fait, il s’agit simplement d’une histoire d’héritage surprise (oui, encore une fois) : Abbey, une jeune femme qui vit aux Etats-Unis, apprend l’existence d’une famille biologique fortunée et hérite d’une magnifique demeure à Dublin que les autres membres de la famille convoitaient.

Bien évidemment, tout le monde la suspecte d’avoir eu des vues sur l’argent du défunt, même si la jeune Abbey ignorait jusque-là jusqu’à son existence.   Lire la suite