The Confession

John Grisham – La Confession

Titre original : The Confession

Mon appréciation : 7/10

Le roi du « thriller judiciaire » nous propose un roman plein de suspense mettant en scène la justice texane et son issue fatale lorsqu’une erreur se produit. Est-ce qu’il sera possible d’arrêter le cours de la justie à temps ?

 

L’intrigue :

Reverend Keith Schroeder de Topeka est un homme calme. Il souhaite se tenir loin de la politique pour dispenser à ses brebis des sermons calmes et satisfaisants.

Cette vision se modifie le jour où Travis Boyette vient le voir : Travis Boyette est un délinquant sexuel, condamné à plusieurs reprises pour viol, qui avoue au Reverend un meurtre, un meurtre pour lequel un autre homme a été jugé et condamné à mort. Maintenant, huit ans après les faits, il ne reste plus que quatre jours avant l’exécution de Donté Drumm.

Keith Schroeder, qui ne connaissait rien des faits, apprend rapidement que Donté Drumm était un jeune joueur prometteur de football de l’école de Slone qui a été condamné suite à des aveux sur lesquels il est pourtant revenu depuis. Ces aveux ont été arrachés au jeune écolier de dix-sept ans par des méthodes éprouvantes.

Il a pourtant été accusé d’avoir tué la jeune Cheerleader Nicole Yarber parce que celle-ci n’était pas intéressée par lui. Le corps de la jeune fille n’a jamais été retrouvé, des preuves matérielles n’ont jamais existés.

Seuls les aveux ainsi que les déclarations d’un jeune rivale et un appel anonyme constituaient la base de ce cas

Reverend Keith Schroeder se trouve maintenant en face du véritable assassin. Celui-ci souffre d’une tumeur du cerveau inopérable et souhaite donner au jeuen Donté Drumm une chance.

Huit ans ont passé depuis le meurtre et la condamnation, toutes les voies de recours ont été epuisées.

Keith Schroeder contacte pourtant le défenseur de Donté Drumm pour sauver la vie d’un innocent qui attend depuis huit années dans le couoir de la mort.

Une course contre le temps s’engage.

Lire la suite

MC Beaton

M.C. Beaton – Agatha Raisin 2 : Remède de Cheval

Titre original : Agatha Raison and the vicious vet

Mon appréciation : 5,5/10

Une lecture distrayante sans profondeur autour d’une héroïne atypique.

L’intrigue :

Agatha Raisin, notre quinquagénaire légèrement trop égocentrique, s’efforce toujours de s’intégrer dans le petit village de Carsely.

Quand le nouveau vétérinaire, un homme séduisant, s’intéresse à elle et va jusqu’à l’inviter, elle, à dîner, Agatha se transforme presque en jeune adolescente… Son flirt sera de courte durée, puisque le vétérinaire est retrouvé mort et rapidement il devient indéniable qu’il a été victime d’un meurtre.

Agatha Raisin mène ses petites investigations, à sa façon un peu différente.

Comme dans le premier volume, elle se retrouvera dans des situations fort peu confortables qui amuseront le lecteur.

Mon appréciation ? Une lecture distrayante sans profondeur

C’est un roman plutôt humoristique et léger.

Les fans de polars resteront probablement insatisfaits puisque, si l’affaire est étonnamment bien pensée, la réalisation demeure très simpliste et, malgré tout, classique et donc prévisible.

Le charme de ce roman vient de son héroïne, qui n’est pas une femme agréable mais plutôt antipathique. Son but est constamment de se mettre en valeur. Trouver le meurtrier n’est pour elle non pas un but mais un moyen.  Lire la suite

Charley Davidson

Darynda Jones – Neuf Tombes et des Poussières

Titre original : The Dirt on the Ninth Grava

Mon appréciation : 6,5/10

J’espérais un peu plus de ce livre dont le point de départ ouvrait la porte à tellement de possibilités.

Dès lors j’étais un peu déçue mais ai tout de même apprécié la lecture.

L’intrigue :

Charley est devenue une Jane Doe, travaillant dans un Diner de New York.

Ayant perdu la mémoire, elle ignore qui elle est, d’où elle vient et surtout ce qu’elle est.

Jane a eu la grande chance de trouver ce travail pour survivre et espère chaque jour que quelqu’un de son ancienne vie la cherchera. Ce qui ne facilite pas les choses c’est qu’elle voit des morts que personne d’autre ne semble remarquer.

Les gens qui l’entourent sont également mystérieux bien qu’amicaux et sympathiques. Ils semblent lui cacher certaines choses.

Mais dans l’ensemble, sa vie sans passé n’est pas si mal. Si seulement il n’y avait pas cet être venu pour la tuer, un être puissant envoyé par une force surnaturelle…

Jane est en pleine confusion. Que se passe-t-il, pourquoi cet être veut-il la tuer ? Mais QUI est-elle ? Et quelle est cette chose qu’elle a perdue ? Elle le sent, ce manque qui la creuse sans comprenne de quoi il s’agit, mais c’est énorme.

Sans qu’elle le sache, elle est entourée de ses amis qui veillent sur elle sans que Jane ne les reconnaisse : Cookie, Osh, Garret, Agent Carson et, bien évidemment, Reyes.

Le problème est que le pouvoir de Jane est immense et qu’elle en ignore tout – ce qui est un danger pour l’univers tout entier.

Lire la suite

eden Lit

Natacha Calestrémé – Les racines du sang

Titre original : Les racines du sang

Mon appréciation : 6,5/10

« Les racines du sang » est la troisième enquête de Yoann Clivel que nous propose l’auteure – mais vous pouvez sans aucun souci, comme moi, débuter par ce troisième opus puisque le héros est présenté d’une façon adroite qui nous permet de découvrir ce personnage qui porte le roman.

L’intrigue elle-même est plutôt bien lancée et il s’agit d’un polar (et non d’un thriller, et certainement pas psychologique) prenant dès la première page dont on ne garde pourtant pas un souvenir impérissable après la dernière.

 

L’intrigue :

Yoann Clivel est appelé sur la scène d’un meurtre horrible : un homme est retrouvé mort, dans un parking. La cause de la mort est un coup direct porté par un objet coupant à la carotide, il s’est vidé de son sang en moins de deux minutes. Dans la plaie du cou, les enquêteurs découvrent une fleur.

Clivel fait le lien avec d’autres meurtres similaires mais ne parvient pas à découvrir un lien entre les victimes.  Lire la suite

Karen Marie Moning

Karen Marie Moning – Le pacte de McKeltar

Titre original : The Dark Highlander

Mon appréciation : 3,5/10

« Le pacte de McKeltar » est la suite de « Une passion hors du temps » – avec un jumeau bien plus sombre, bien plus inquiétant. J’étais donc impatiente. Mais mon Dieu, quelle niaiserie.

 

L’Intrigue

Dageus McKeltar a sauvé son frère jumeau Drustan d’une mort certaine. Pour cela, il a violé le pacte conclu il y a des millénaires avec les Tuatha Dé Danaan et est ainsi devenu celui par qui la terrifiante prophétie se réalisera : les treize maudits, condamnés par les Faé à errer éternellement dans le Néant hors du temps et de l’espace, pourront revenir dans le monde à travers lui.

Ils se sont accrochés à lui quand il a traversé le temps, ils vivent en lui ; Dageus doit se battre au quotidien pour ne pas devenir « noir ».

Pour cela, il s’entoure de femmes et cherche dans les anciens textes pour trouver un moyen afin de les vaincre avant qu’ils ne prennent le contrôle et détruisent le monde tel que nous le connaissons.  Lire la suite

Agnès Martin-Lugand – Entre mes mains le bonheur se faufile

Titre original : Entre mes mains le bonheur se faufile

Mon appréciation : 6,5/10

Ce merveilleux petit livre compense par sa douceur et son histoire simple mais efficace la facilité extrême du vocabulaire.

L’auteure nous prouve qu’on peut écrire un bon roman sans avoir nécessairement un « talent des mots » – comme certains chanteurs, tout aussi rares, ont parviennent à faire oublier leur manque de voix par leur talent d’interprétation.

 

Une histoire douce :

Iris, la trentaine, vit dans une petite ville de province. Elle est mariée à un médecin qui se tue au travail et rêve de fonder une famille pendant qu’Iris s’éteint chaque jour un peu plus dans cette vie qui ne lui ressemble pas et son boulot dans une banque.

Lorsque, lors d’un déjeuner de famille, elle apprend que ses parents l’ont volontairement privée de toute possibilité de réaliser son rêve – devenir couturière – elle explose.

Rapidement elle se rend à Paris pour suivre une formation privée pour toucher au moins du bout du doigt une petite partie de ce rêve.

Son talent éclate alors au grand jour et rapidement Iris virevolte entre les cocktails, vernissages et sa machine à coudre, toujours sous le regard protecteur de Marthe, la directrice de l’Atelier. Ce qui ne plaît pas nécessairement à son époux qui attend le retour de sa petite femme…

 

Mon appréciation :

C’est une histoire douce mais prenante. Comme je l’indiquais en tout début de ma chronique, « Entre mes mains le bonheur se faufile » est écrit en toute simplicité, les mots ne sont pas très recherchés, ce n’est donc certainement pas le vocabulaire et la combinaison des termes choisis avec grand soin qui font de ce petit roman un plaisir de lecture.  Lire la suite

Ilona Andrews – Steel’s Edge

Titre original : Steel’s Edge (pas encore disponible en VF)

Mon appréciation : 7/10

Ce quatrième – et dernier – tome de la série constitue une belle conclusion dans laquelle on retrouve le rythme des premiers volumes.

L’intrigue :

L’habilité magique Charlotte de Ney est rare et précieuse, recherchée et crainte par tous : elle a le pouvoir de la guérison.

Les guérisseuses maintiennent entre leurs mains le pouvoir unique de soigner – mais ce pouvoir vient avec son contraire, celui de tuer en retournant le corps de son adversaire contre lui-même ! Si une guérisseuse abuse de son pouvoir et use de la partie destructrice, elle en deviendra dépendante et sa puissance la dominera définitivement, en faisant un être monstrueux.

Charlotte est loin de tout cela. Mariée à un noble du « Weird » (le monde magique), elle espère fonder une famille. Jusqu’à ce que le couperet tombe : elle est stérile. Effondrée, elle s’en ouvre à son mari et … son mariage se brise. Charlotte s’enfuit dans l’Edge (le monde intermédiaire, qui se situe entre le monde magique et le monde sans magie) sans rien apporter.  Lire la suite

Tanja Kinkel – Grimms Morde

Titre original : Grimms Morde (pas encore disponible en VF)

Mon appréciation : 8,5/10

 

Un roman à lire, ne serait-ce que pour le plaisir de la lecture !

 

Il était une fois….. (l’intrigue) :

Nous écrivons l’an 1821, les frères Grimm, ceux-là même qui ont collectionné les contes de notre enfance, survivent comme ils le peuvent dans une Allemagne postnapoléonienne lorsqu’un terrifiant meurtre ébranle la bonne société : l’ancienne maîtresse du prince de Hesse est sauvagement assassiné, le mode opératoire rappelant sans aucun doute possible une image puisée dans un des contes publiés par les frères Grimm.

L’époque est telle que la police ne cherche pas loin et se dirige facilement vers le suspect le plus commode, ce qui met les frères Grimm dans une situation délicate ; et pas seulement eux, mais aussi les sœurs qui leur ont envoyé le conte en question pour leur collection, Annette et Jenny von Droste.

Pour aider les frères Grimm mais aussi pour se libérer de leur sentiment de culpabilité dans cette mort qui ne les concerne pourtant en rien, les deux sœurs se rendent à Cassel.

La police ne semble effectivement ne faire que peu d’efforts pour découvrir qui a assassiné une femme appartenant pourtant à la noblesse et c’est ainsi que les frères Grimm et les Demoiselles von Droste s’unissent malgré eux pour découvrir ce qui se cache derrière ce crime effrayant lorsqu’un deuxième mort est découvert, une pomme dans la mains avec une citation tirée de « Blanche-Neige »…

Pendant leurs recherches, les frères Grimm et les Demoiselles von Droste doivent non seulement affronter une société rigide, régie par un code stricte, mais encore leurs passés respectifs. Tout particulièrement Annette sera amenée à revivre ce qu’elle tentait d’oublier depuis près d’un an.

 

Et ils vécurent heureux…. (espérons-le pour eux) :

L’intrigue est bien ficelée et intelligente. Loin d’une histoire basique et simpliste, nous découvrons ici les sentiments et ressentiments, les mensonges et la haine cachés derrières les façades parfaites de la noblesse, les sourires affichées dans la rue ou sous les paroles de déférence qu’adresse le peuple aux membres de la noblesse.  Lire la suite

Iny Lorentz – Die Widerspenstige

Titre original : Die Widerspenstige (pas encore disponible en VF)

Mon appréciation : 6,5/10

Quand nous tenons un « Iny Lorentz » entre les mains, nous savons exactement ce que nous allons lire.

Systématiquement l’épaisseur du livre nous impressionne un instant avant que nous nous rappelons que l’écriture est si légère que les pages volent entre nos mains et ressemblent à un film qui se regarde avec plaisir en fin de journée. Nous nous apprêtons donc à nous plonger dans un roman historique construit autour d’une jeune femme indépendante dans un temps où les femmes n’avaient aucun droit si ce n’est celui d’être une bonne épouse.

Die Widerspenstige (que l’on pourrait traduire par « L’Insoumise ») ne fait pas exception à la règle.

Les auteurs nous présentent un roman qui nous offre tous ce que nous espérons tout en se distinguant suffisamment des romans précédents pour que nous ne nous ennuyions pas. Comme une série télévisée dont nous regardons la saison huit avec le même plaisir que la première.

 

L’intrigue:

Johanna von Allersheim et son jumeau Karl n’ont que dix-sept ans quand la mort de leur père et un complot ourdi par leur belle-mère et leur demi-frère les contraignent à quitter leur maison, leur ville et même leur pays !

Pour s’assurer l’héritage de toutes les terres de époux décédé, Genoveva von Allersheim modifie avec l’aide de son cousin le testament du défunt, privant ainsi les jumeaux non seulement de leur héritage mais les forçant à la fuite pour éviter un mariage forcé à la jeune Johanna et une vie dans un monastère cloitré à Karl.

Leur seule chance d’échapper à ce destin sombre se situe en Pologne, où ils espèrent retrouver de la famille du côté de leur mère.

Pour faciliter leur fuite Johanna décide de se déguiser en garçon, mais par un malheureux concours de circonstances il lui devient impossible de cesser sa mascarade à temps et elle se retrouve entre soldats et mercenaires, combattant les ottomans parmi les hussards dans les terribles batailles autour de Vienne.  Lire la suite

Karen Marie Moning

Karen Marie Moning – Une passion hors du temps

Titre original : Kiss of the Highlander

Mon appréciation : 7/10

Ce quatrième tome de la série des Highlanders est jusqu’ici le seul qui soit vraiment captivant.

L’intrigue :

Drustan McKeltar est un homme puissant, un guerrier, chef de son clan, un homme qui ne craint rien si ce n’est de voir son clan s’éteindre.

Cette force ne l’empêche pas de vivre un sort similaire à celui de la bien moins virile « Belle au bois dormant » : plongé dans un sommeil profond qui devait être éternel, il est réveillé après cinq cents ans dans un monde qui n’est plus le même et dans lequel il ne reste aucune trace des McKEltar.

C’est une jeune femme, Gwen Cassidy, qui provoque par hasard son sommeil. En visite touristique dans les paysages pittoresques d’Ecosse, elle glisse et tombe dans une caverne sous-terraine pour atterrir sur un corps bien bâti et chaud, celui de Drustan. Les circonstances sont favorables, et ce dernier se réveille… pour constater qu’en un instant il a perdu tout.  Lire la suite