Agnès Martin-Lugand – Désolée, je suis attendue

Titre original : Désolée, je suis attendue

Mon appréciation : 3,5/10

Après « Entre mes mains le bonheur se faufile », « Désolée, je suis attendue » était une immense déception.

 

L’intrigue :

Yaël, jeune étudiante insouciante et fêtarde, se voit proposer un travail au sein d’une agence d’interprètes, et ce au moment où l’un de ses amis, Marc, disparaît sans laisser la moindre trace.

Dix ans passent, le groupe d’ami, réduit à cinq depuis la disparition de Marc, est resté uni. Mais certainement pas grâce à Yaël, qui est devenue une véritable « workaholic » dont la vie ne tourne qu’autour de l’agence, ses rendez-vous et ses résultats parfaits. Sa vie privée est inexistante et même sa garde-robe et millimétrée pour être efficace pour son travail.

Le retour soudain de Marc fera trembler les fondements de sa vie…..

 

Mon appréciation :

L’écriture et le style de l’auteure sont très loin de s’être améliorés depuis « Entre mes mains le bonheur se faufile » ; une plume d’adolescente au vocabulaire réduit, qui tente de compenser son manque de « feeling » pour l’association des mots en se servant bien trop du langage parlé.  Lire la suite

Agnès Martin-Lugand – Entre mes mains le bonheur se faufile

Titre original : Entre mes mains le bonheur se faufile

Mon appréciation : 6,5/10

Ce merveilleux petit livre compense par sa douceur et son histoire simple mais efficace la facilité extrême du vocabulaire.

L’auteure nous prouve qu’on peut écrire un bon roman sans avoir nécessairement un « talent des mots » – comme certains chanteurs, tout aussi rares, ont parviennent à faire oublier leur manque de voix par leur talent d’interprétation.

 

Une histoire douce :

Iris, la trentaine, vit dans une petite ville de province. Elle est mariée à un médecin qui se tue au travail et rêve de fonder une famille pendant qu’Iris s’éteint chaque jour un peu plus dans cette vie qui ne lui ressemble pas et son boulot dans une banque.

Lorsque, lors d’un déjeuner de famille, elle apprend que ses parents l’ont volontairement privée de toute possibilité de réaliser son rêve – devenir couturière – elle explose.

Rapidement elle se rend à Paris pour suivre une formation privée pour toucher au moins du bout du doigt une petite partie de ce rêve.

Son talent éclate alors au grand jour et rapidement Iris virevolte entre les cocktails, vernissages et sa machine à coudre, toujours sous le regard protecteur de Marthe, la directrice de l’Atelier. Ce qui ne plaît pas nécessairement à son époux qui attend le retour de sa petite femme…

 

Mon appréciation :

C’est une histoire douce mais prenante. Comme je l’indiquais en tout début de ma chronique, « Entre mes mains le bonheur se faufile » est écrit en toute simplicité, les mots ne sont pas très recherchés, ce n’est donc certainement pas le vocabulaire et la combinaison des termes choisis avec grand soin qui font de ce petit roman un plaisir de lecture.  Lire la suite

Eden Lit

Guillaume Musso – Central Park

Titre original : Central Park

Mon appréciation : 6,5/10

L’intrigue :

« Central Park » commence de façon très intrigante : l’héroïne, Alice, capitaine de police à Paris, se réveille au lendemain d’une soirée entre filles aux Champs Elysées … à New-York, assise sur un banc dans Central Park. Ce n’est pas tout, elle se retrouve menottée à un étranger, sa chemise est tâchée de sang et un pistolet se retrouve en sa possession.

Que s’est-il passé ? Elle n’en garde aucun souvenir !  Lire la suite

Eden Lit

Agnès Ledig – Juste avant le bonheur

Titre original : Juste avant le bonheur

Mon appréciation : je ne souhaite pas en donner

Il s’agit d’une première : je ne souhaite pas donner une « note » à ce livre. Ce n’est pas que je ne peux pas ou qu’il s’agisse d’un grand classique intouchable. C’est le choc que j’ai reçu. Je ne m’attendais pas à cela. Ce qui parle en même temps pour ce roman, capable de provoquer des émotions aussi fortes.

Lire la suite

S.K. Tremayne – Le doute

Titre original : The Ice Twins

Mon appréciation : 7,5/10

Un « thriller » calme et efficace d’un auteur dont S.K. Tremayne n’est qu’un des pseudonymes*.

Le doute n’est pas un « thriller » au sens classique, le suspense subtil et constant m’a néanmoins convaincue de le situer aussi bien dans les romans « suspense » que dans la « littérature générale ».

 

L’intrigue :

Angus et Sarah Moorcroft sont une famille éprouvée. Heureux en mariage, ils étaient les parents enviés de deux merveilleuses petites jumelles, Kirstie et Lydia. Les filles adorables étaient particulièrement proches l’une de l’autre jusqu’au jour qui devait tout changer : un terrible accident qui a couté la vie à Lydia, devant les yeux de sa sœur.

Un an après la famille fait toujours des efforts pour se reconstruire après ce drame, ne serait-ce que pour permettre à Kirstie de revivre. Pour se donner une chance ils vont tout changer et déménager sur une petite île écossaise héritée d’une grand-mère d’Angus, l’île du tonnerre, au large de Skye.

Un petit cottage à retaper jouxte le phare de l’île et c’est ici qu’ils vivront, reliés à la terre ferme par bateau ou, lorsque la mer se retire, par un petit chemin praticable pendant quelques heures avant que la marée montante les coupe de nouveau du continent.  Lire la suite

Karine Giebel – Meurtres pour rédemption

Titre original : Meurtres pour rédemption

Mon appréciation : 6,5/10

Ce livre – un des premiers de l’auteure – est extrêmement complet et j’ai eu beaucoup de difficultés à lui accorder une « note » ; ce roman relate l’histoire d’une très jeune criminelle, emprisonnée à vie avec une peine de sûreté si longue qu’elle n’a aucun espoir de sortir de prison. Jusqu’à ce qu’on lui offre un choix.

Si la première partie du roman – très « orange ist the new black » – est réussie, la deuxième partie m’a bien moins convaincue.

 

Une intrigue complète et imprévisible

Ce roman est long, non en pages (aussi, tout de même 988 en format poche) mais en contenu.

Marianne n’a que vingt ans et pourtant, elle est en prison sans espoir d’en ressortir un jour. Elle ne connaît que cet univers  et son caractère difficile à contrôler lui rend ce séjour encore plus difficile.

Entre humiliations et brutalités, haine et survie, les gardiens comme les détenues se confrontent dans un huis clos morose. Et très clos.   Lire la suite

Arlette Cousture – Elise

Titre original : Elise (Les filles de Caleb, tome 3)

Mon appréciation : 5/10

Ce dernier volume de la trilogie ne m’a pas vraiment convaincue. Il n’était pas mauvais, loin de là, mais j’avais comme l’impression que l’âme qui portait les deux premiers tomes n’y était pas.

On m’avait déjà prévenue qu’ « Elise » n’était pas aussi réussi que les deux premiers, mais je ne pensais pas que la différence serait aussi notable.

 

L’histoire

reste plutôt dans la lignée des tomes précédents, puisque nous suivons Elise, la fille de Blanche.

Mais, dès le début, on s’aperçoit d’une sorte de rupture. Là où « Blanche » (volume 2) emboitait doucement le pas à « Emilie » (volume 1), prenant le relais de façon à ce que l’on retrouve et suive tous les protagonistes que l’on avait rencontré auparavant, avec « Elise », c’est bien plus abrupt.  Lire la suite

René Barjavel – La nuit des temps

Titre original : La nuit des temps

Mon appréciation : devenu un classique, je ne note pas mais ce roman m’avait fascinée

Et bien, pourquoi ne pas, pour une fois, commenter un classique de la SF (que l’on peut toutefois également classer dans les romances), un livre que tout le monde a lu – ou devrait avoir lu – un livre que j’ai lu trois fois, à différents stades de ma vie.

Pour moi, c’est une histoire d’amour bouleversante qui traverse les âges, bien plus forte que celle de Roméo et Juliette.

 

L’intrigue :

Lors d’une expédition polaire, des scientifiques français font une découverte surprenante : ils trouvent, au fond de la glace éternelle, un homme et une femme congelés, plongés dans un sommeil artificiel et protégés par une étrange sphère en or.

Ils parviennent à réveiller la femme, Elea, qui est d’une beauté exceptionnelle. La jeune femme leur raconte dès lors son destin tragique, revivant ses douloureux souvenirs, la perte de son amour, l’homme qu’elle a laissé derrière elle, à des millénaires d’ici, Païkan, mais surtout la fin de son monde – la fin de notre monde tel qu’il était alors, la disparition de toute une société structurée et très évoluée.   Lire la suite

Sheila O’Flanagan – Things we never say

Titre original : Things we never say (pas encore disponible en français)

Mon appréciation : 7/10

Un très joli roman – mais qui ne correspond pas vraiment à ce qui figure sur le quart de couverture. Il n’en demeure pas moins que j’en ai vraiment apprécié la lecture, aussi grâce au style doux mais ferme de l’auteure irlandaise que j’apprécie de plus en plus.

 

L’intrigue :

La présentation sous-entend qu’il s’agit d’un roman dans lequel les gens qui d’habitude n’expriment pas ce qu’ils pensent vraiment – comment ils voient le passé, qu’il faudra vendre la maison même si on y est très attaché, que la fortune du père serait bien utile dès maintenant… – que tous ces gens ouvrent leur cœur et que les résultats seraient étonnants.

En fait, il s’agit simplement d’une histoire d’héritage surprise (oui, encore une fois) : Abbey, une jeune femme qui vit aux Etats-Unis, apprend l’existence d’une famille biologique fortunée et hérite d’une magnifique demeure à Dublin que les autres membres de la famille convoitaient.

Bien évidemment, tout le monde la suspecte d’avoir eu des vues sur l’argent du défunt, même si la jeune Abbey ignorait jusque-là jusqu’à son existence.   Lire la suite

Clarisse Sabard – Les Lettres de Rose

Titre original : Les Lettres de Rose

Mon appréciation : 7/10

Voici un roman que je décrirais comme « doux ».

Il s’agit d’un premier roman qui étonne dès lors par son style déjà très personnel et empreint de douceur.

Et ce n’et pas seulement l’écriture qui est « douce » l’intrigue l’est tout autant.

L’histoire n’est pas particulièrement originale et semble être, en ce moment, assez récurrent. Toutefois, la façon qu’a l’auteure de traiter le sujet d’un héritage surprise est agréable et nous permet de plonger avec plaisir dans l’histoire d’une famille secouée par des drames familiaux dont l’origine peut être trouvé dans l’erreur commise par une seule femme.

 

L’intrigue

La jeune Lola, qui approche la trentaine, travaille dans la brasserie de ses parents même si elle nourrit toujours au fond d’elle le rêve de pouvoir un jour s’épanouir en tant que libraire.

Ayant été adoptée peu après sa naissance, elle ignore tout de ses parents biologiques lorsqu’elle est contactée par un notaire qui l’informe qu’elle vient d’hériter d’une maison dans le petit village d’Aubéry.

Une fois sur place, Lola découvre que sa grand-mère, Rose, lui a légué cette belle maison – à condition qu’elle découvre l’histoire de sa famille.   Lire la suite