Joy Fielding – Still Life

Titre original : Still Life

Mon appréciation : 9/10

Vous êtes à la recherche d’un excellent livre suspense ? Voilà, vous l’avez trouvé avec « Still Life ».

Ce roman n’a pas encore été traduit en français, qui n’a, du moins à ma connaissance, mais s’agissant d’un roman de Joy Fielding et datant de 2009, je pense qu’il arrivera bientôt en librairie.

L’intrigue est fort simple :

Casey Marshall, la trentaine, a une vie parfaite : elle vient de créer une entreprise de décoration intérieure qui connaît un démarrage en flèche et elle est mariée à un brillant, et séduisant, Avocat, Warren. Sa vie est agréable, ses amies sont amusantes et proches, elle envisage d’avoir un enfant, bref, une vie de rêve.

Mais tout s’arrête net le jour où elle est renversée par une voiture et se retrouve dans un lit d’hôpital, dans le coma.

Elle reprend conscience, du moins une minuscule petite partie de conscience, pour se retrouver prisonnière de son propre corps. Incapable de voir, de bouger, de communiquer, elle ne peut qu’entendre – et ce qu’elle entend donne des frissons !

Alors qu’elle est allongée, immobile, sur son lit, ses amis et sa famille se succèdent auprès d’elle, et bientôt ils oublient sa présence, ignorant par ailleurs que Casey est capable d’entendre.

Et c’est ainsi qu’elle découvre que ses amis ne sont pas nécessairement ceux qu’elle pensait, mais, surtout, que son accident n’était pas un accident mais bien une tentative de meurtre !

Un meurtre qui n’a pas abouti … elle est donc à la merci de l’assassin qui peut revenir à la charge à tout moment.

Alors qu’elle tente de reprendre possession de son corps, elle découvre lentement l’horreur de sa situation.

 Qu’en ai-je pensé ?

Ce livre, je l’ai pris entre les mains et je ne pouvais plus le lâcher. Il commence bien évidemment avec l’accident et le « réveil » de Casey et ses prises de consciences sporadiques. Nous la suivons ainsi pendant un petit moment tandis qu’elle confond le présent et ses souvenirs.

Et à l’instant précis où nous nous disons « c’est bon, les souvenirs ça va, cela devient lassant », le livre démarre véritablement et à partir de cet instant, la tension ne s’arrête plus avant la toute dernière page.

C’est un peu comme un cheval qui prend un bon départ dans une course, se place parmi les tout premiers, puis se laisse distancer légèrement pour se retrouver au centre du peloton – et qui tout d’un coup prend son élan et dépasse tous les autres !

D’accord, je ne m’y connais absolument pas en chevaux ni en courses équestres, pourquoi, est-ce que ça se remarque ? Je vais donc laisser tomber mes remarques « jockey » et revenir à mes moutons (c’est mieux, non ?):

On observe donc Casey, qui se débat inutilement, sans aucun espoir puisqu’elle ne peut ni bouger, ni communiquer, ni rien, en fait. Quelle chance a-t-elle ? Comment pourra-t-elle découvrir qui souhaite sa mort, et comment peut-elle lui échapper ? Comment a-t-elle pu être aussi naïve ?

Joy Fielding parvient à créer tension telle que notre rythme cardiaque s’accélère réellement, et ce juste en restant auprès de Casey, immobile sur son lit. C’est assez impressionnant.

Un thriller sans aucune « action », presque un huis clos, mais je dois dire que c’est l’un des romans « suspense » les plus palpitants que j’ai lu cette année !

Une intrigue réussie, des personnages crédibles, un suspense parfaitement construit, un style adéquat … rien à reprocher.

Ce qui fait que je n’ai rien d’autre à ajouter.

Si : allez-y dès qu’il sort en français et si vous pouvez le lire en VO, allez-y dès maintenant !

1 réponse

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Répondre à «link» Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *