Ilona Andrews – Bayou Moon

Titre original : Bayou Moon (The Edge, book 2)

Mon appréciation : 8/20

« Bayou Moon » (littéralement : lune des marécages) est le deuxième tome de la série « The Edge » d’Ilona Andrews* (et n’est pas encore disponible en français).

Encore une fois j’ai adoré et encore une fois j’ai détesté le choix des noms …. On ne peut pas tout avoir, n’est-ce pas ?

 

Petit rappel de l’univers de la série :

L’univers proposé, nous le connaissons grâce au premier tome : ici, trois mondes coexistent. Le « Weird » (« bizarre, etrange »), le « Broken » (« brisé ») et le « Edge » (« bord, bordure »).

Le « Broken » est notre monde à nous, tout simplement. Rien de plus, rien de moins. Le « Weird » est un monde qui se nourrit de magie, qui vit et respire magie. C’est une dimension parallèle qui a évolué dans les mêmes lieux, mais avec des données magiques. La plupart des habitants de l’un et de l’autre monde ignorent l’existence de l’autre. De toutes les façons, passer de l’un à l’autre est presque impossible, seuls de rares personnes y parviennent.

Entre ces deux mondes opposés existe une fine bordure, the Edge, qui s’étire tout au long des deux univers et est plus ou moins large. Ici, la magie existe, mais elle est moins présente et moins puissante. Les habitants de l’Edge peuvent presque tous passer d’un monde à l’autre, seulement, dans le Broken ils perdent leurs capacités magiques et dans le Weird ils sont les moins forts et ne seront jamais acceptés. Ils s’en abstiennent donc au maximum et végètent plus au moins dans leur monde intermédiaire où ils survivent comme ils peuvent.

 

L’intrigue de ce deuxième volume :

Impossible de vraiment résumer l’intrigue de « Bayou Moon » qui est extrêmement bien construite, évolue lentement et sûrement et s’avère dense et fascinante ! 

Dans ce deuxième volume de la série nous découvrons un endroit particulièrement peu accueillant de l’Edge, le « Mire » (littéralement : bourbe). Le Mire, comme son nom l’indique, est un lieu marécageux où d’étranges créatures évoluent dans la mélasse et les bois humides. Comme si cela n’était pas suffisant, c’est ici que le Weird exile ses criminels, rendant l’endroit encore plus dangereux.

Les natifs du Mire restent donc entre eux, ce qui entraîne de fortes tensions entre les habitants. Quelques grandes familles y sont établies depuis des générations, des familles dont la magie est ancienne et puissante. Or, ces familles vivent dans une hostilité constante et les querelles ancestrales remontent régulièrement à la surface.

C’est ici que vit Cerise Mar. Sa famille est propriétaire de vastes terrains (marécageux), mais ils n’ont pas de liquidités. Leurs plus grands rivaux sont les Sheeriles et un affrontement entre les deux clans est inévitable.

C’est alors que les parents de Cerise disparaissent sans laisser la moindre trace. Lancée à leur recherche, Cerise  tombe face aux frères Sheeriles. Ils ont nécessairement un lien avec la disparition de ses parents ! Cerise se voit contrainte de reprendre la direction de la famille, de se battre pour sa famille et ses terres et de retrouver ses parents.

Cela paraît déjà assez difficile, mais elle est loin d’imaginer que derrière cette guerre des clans se cache une menace bien plus sombre encore !

Et c’est alors que nous retrouvons William, ce personnage sombre et dangereux du premier tome, et je dois dire qu’on le retrouve avec un grand plaisir !

Souvenez-vous, William est l’ami de Declan, héros du premier tome, celui qui avait également fait la cour à Rose mais qu’elle avait éconduit. William est un loup  et en tant que tel il est rejeté par les habitants du Weird. Né comme tueur, il a été éduqué pour devenir un assassin.

William s’est retiré dans le Broken pour vivre dans une paix toute relative, mais des agents du Weird le retrouvent pour l’engager afin de pourchasser et de faire disparaître un homme dangereux qui menace l’intégrité du Weird. C’est pour cela qu’il entre dans l’Edge. En chemin il tombe sur Cerise, et rapidement il s’aperçoit que leur ennemi est un ennemi commun, même si la jeune fille l’ignore encore.

Des créatures étranges et bien peu naturelles se lancent à leur poursuite. Si William se retrouve au milieu de la querelle familiale de Cerise, celle-ci se voit entraînée dans un combat dont les racines sont profondément ancrées dans le passé des deux mondes et qui la dépasse complètement.

Comme je l’ai dit, difficile de résumer ce roman.

Tout ce que je peux dire est que l’univers étrange est très réussi, les créatures, malgré leurs particularités, restent crédibles, l’ennemi est effrayant puisqu’il est très intelligent et rationnel, et l’incontournable romance entre Cerise et William est sympathique.

Les personnages sont parfaitement dépeints : d’un coté William avec son coté sauvage et dangereux. La bête en lui le trouble, il est assailli par des peurs et doutes qui trouvent leurs racines dans son enfance mais possède le sang froid de l’assassin qu’il est. De l’autre coté Cerise, cette jeune femme qui est propulsée à la tête d’une famille de quarante personnes qu’elle doit mener dans un combat qui verra de nombreux parents mourir, une responsabilité qui la dépasse mais qu’elle doit pourtant accepter pour le bien des siens.

Les caractères secondaires ont leur propre mystère, comme Lark, la petite sœur de Cerise, ses cousins, toute sa famille, du plus jeune au plus ancien. Chacun a ses particularités, chacun est facilement reconnaissable.

L’intrigue est bien construite, elle commence en douceur, on sait qu’il y a plus puisque nous suivons également William, et le fil nous permet d’entrer dans une histoire fascinante à souhait !

Des combats, des créatures surnaturelles, de la magie, une romance, des peurs, des joies, des trahisons, des ennemis effrayants, une petite dose d’humour (petite), des mystères et secrets enfouis, tout y est pour nous plaire !

Un petit détail m’a particulièrement séduite : ici, les « vieux » d’une famille (parents, grands-parents) sont très loin d’être inutiles, ils ont une puissance et une présence importantes.

 

« Bayou Moon » est un excellent roman d’Urban Fantasy (bien qu’ici il y ait un peu plus de Fantasy que d’Urban).

Ce qui m’a, encore une fois, ennuyée, ce sont les noms.

Le Mire se trouve à hauteur de l’Etat de Louisana et les racines françaises ont un peu trop inspirées l’auteur* : Ilona Andrews insiste tellement sur les noms français que c’en est effrayant, et le choix est assez …. particulier : d’abord Cerise, quelle idée d’appeler l’héroïne Cerise ! Puis nous croisons aussi  Geneviève, Gustave, Gaston et j’en passe.

C’est franchement dommage. J’étais particulièrement gênée par Cerise, je l’admets. Je vois mal une « Cerise » se lancer dans un combat à mort armée d’une épée ! Et Gaston, non, vraiment !

Et petite cerise sur le gâteau (cerise cerise cerise cerise ….) : l’ennemi suprême a pris le nom de « Spider ».

Donc, des noms et dénominations un peu puérils ou alors d’un goût un peu douteux.

Sinon, un roman que je ne peux que conseiller, il est un peu au-dessus du premier volume de la série grâce à l’intrigue que j’ai adorée.

 

Cette série comprend pour l’instant les tomes suivants:

Tome 1 : On the Edge

Tome 2 : Bayou Moon

Tome 3 : Fate’s Edge

Tome4 : Steel’s Edge

 

* Vous avez noté mes « * » après  le mot « auteur » ; c’était simplement pour vous signaler que j’emploie dans les commentaires sur les romans d’Ilona Andrews le singulier d’auteur alors qu’en fait Ilona Andrews est le pseudonyme choisi par un couple qui coécrit les romans d’UF.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *